ELLES SERONT PRETES D'ICI LA FIN DE L'ANNEE

Des lois pour gérer les écoles coraniques

par B. Mokhtaria, Le Quotidien d'Oran, 8 avril 2007

Du nouveau pour les écoles coraniques. Des textes de loi réglementant l'ouverture de ces établissements seront fin prêts

d'ici la fin de l'année.

Ces écoles ne seront plus autorisées à exercer sans un agrément, délivré au préalable par le ministère des Affaires religieuses. L'enseignement du Coran devra répondre, en application de la nouvelle réglementation, à un même programme pour l'ensemble de ce genre d'établissements ouverts au niveau national.

Au total, il existe 6.000 écoles coraniques réparties à travers le territoire national qui enseignent le Coran de manière classique à un demi-million d'apprenants.

Les parents se sont habitués à inscrire leurs enfants, avant la phase scolaire, dans ces établissements pour apprendre les versets du Coran suivant des méthodes qui restent propres à chaque maître d'école. Aucune condition n'était imposée pour l'ouverture de ces espaces. Pour mieux organiser ces écoles, le ministère a désigné une commission de réflexion pour étudier le dossier et mettre en place tous les mécanismes permettant leur bon fonctionnement.

Ainsi, en plus de l'agrément et du programme uniforme prévus, l'enseignement du Coran se fera suivant des niveaux d'enseignement fixés en fonction du volume des versets coraniques appris.

Concernant la structure qui abritera l'école, elle devra être réalisée après l'obtention d'un permis de construire et comportera toutes les commodités nécessaires pour l'enseignement du Coran dans de bonnes conditions.

Quant à la possibilité de délivrer un certificat en fin de cursus, le représentant du ministère des Affaires religieuses indique que la question n'est pas encore tranchée. Des discussions sont en cours avec les représentants de la fonction publique sur ce point. En ce qui concerne la gratuité de l'enseignement du Coran, le même responsable souligne que les écoles coraniques sont en général gratuites et elles le resteront avec l'application de la nouvelle réglementation.

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org