La Conférence de Doha s’ouvre demain

En attendant l’Opep du gaz

El Watan, 8 avril 2007

A trois jours de l’ouverture de la sixième édition du Forum des pays exportateurs de gaz, la Russie a fait baisser la fièvre d’un cran sur la création ou non d’une « Opep du gaz ».

Le Forum des pays exportateurs de gaz, qui se réunit demain à Doha, au Qatar, ne devrait pas donner lieu à une annonce de la création d’une organisation. Le ministre russe de l’Industrie et de l’Energie, Viktor Khristenko, l’a clairement laissé entendre lors d’une conférence de presse tenue vendredi à Moscou. Selon l’agence russe Ria Novosti, le ministre a déclaré que la Russie et les autres pays exportateurs de gaz n’envisagent pas d’axer leur coopération contre les Etats consommateurs. « Nous n’avions, n’avons et n’aurons pas pour objectif de participer à une alliance dirigée contre qui que ce soit », a déclaré Viktor Khristenko qui représentera la Russie à la rencontre de Doha, selon l’agence. Le ministre a exposé dans le détail la position de la Russie à propos des objectifs de la réunion de Doha. Selon la Russie, « l’objectif principal de la communauté énergétique mondiale est de mettre au point des instruments permettant de réduire les risques et d’accroître la fiabilité de fonctionnement des marchés énergétiques ». A propos des mesures qui seront prises, il y a la possibilité de créer un organe de coordination qui doit assurer l’efficacité du travail du forum, selon le ministre russe. Le forum doit aussi élaborer un mémorandum sur la sécurité énergétique globale. Mais la signature de documents prévoyant la création d’organes permanents n’est pas prévue au forum. « Ces documents peuvent apparaître sous forme d’initiative visant à les élaborer et à les étudier ensuite », a précisé le ministre russe, selon l’agence. A propos de la réunion proprement dite qui va durer deux jours, les organisateurs ont prévu de son déroulement transparent et qu’une proposition d’admettre les journalistes à toutes les séances du forum, y compris les rencontres des ministres, a déjà été faite. Selon l’agence Interfax, le ministre russe a déclaré qu’aucun accord de création d’un cartel pour les prix du gaz ne sera signé à Qatar. Après six années de fonctionnement, le Forum des pays exportateurs de gaz qui a été créé en 2001 devrait se doter d’une structure de coordination à même de rendre la coopération plus efficiente en matière d’échanges de données et d’informations, de coopération scientifique et technique et de concertation à tout ce qui touche à l’industrie du gaz. C’était le premier objectif lors de la création du forum en 2001. Comble de l’ironie, c’est la commission européenne qui a provoqué la création de ce forum lorsqu’elle avait élaboré des directives qui déstabilisaient le marché du gaz en interdisant les contrats à long terme qui permettent la sécurité des approvisionnements pour l’Europe et la garantie du financement des projets gaziers très coûteux. La directive, qui a été élaborée sans même une consultation avec les pays producteurs, a finalement été révisée. Mais les pays producteurs, qui ont vu dans l’initiative une agression économique directe, ont commencé à se consulter avant d’aboutir à la création de ce forum pour défendre leurs intérêts. Le forum regroupe maintenant une quinzaine de pays. L’Algérie a déjà abrité sa deuxième édition au mois de février 2002 à Alger. Si les présidents de Russie, d’Algérie et l’émir du Qatar ont trouvé l’idée de créer une « Opep du gaz » intéressante, leurs ministres sont restés assez prudents sur la possibilité de concrétiser cette idée à court terme vu la rigidité du marché gazier. De plus, sur les quinze pays membres du forum, seuls cinq d’entre eux se sont exprimés publiquement sur la possibilité de créer une telle organisation. Or, dans pareil cas, un consensus doit se former pour donner lieu à une décision, même si les cinq pays représentent plus de 70% des réserves mondiales et près de 50% du commerce mondial du gaz. La proposition de créer une « Opep du gaz » pourrait être proposée par un ou plusieurs pays et il sera intéressant de connaître les points de vue de chaque pays producteur et exportateur de gaz puisque, jusqu’à présent, cinq pays sur les quinze se sont exprimés. Même si le forum n’aboutira pas à la création d’une organisation du type Opep, il donnera lieu à une meilleure organisation de la coopération à travers la création d’une structure permanente de coordination en attendant que les conditions permettent la création d’une telle organisation.

Liès Sahar

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org