Le Prince Philippe à Arzew

Des conventions et des accords signés entre l’Algérie et la Belgique

Le Quotidien d'Oran, 6 octobre 2004

Plusieurs conventions et accords ont été signés, hier matin, à Alger entre opérateurs et institutions algériens et belges, en présence du Prince Philippe de Belgique, du président du Sénat algérien, M. Abdelkader Bensalah, et des responsables des départements du commerce des deux pays. Les documents comportent quatre «conventions spécifiques», un mémorandum, un contrat et un accord de création d’un conseil d’hommes d’affaires des deux pays.

La première convention spécifique, relevant de la coopération au développement, porte sur un appui institutionnel à l’Algérienne des Eaux (ADE), avec un coût de 807.900 euros dont une contribution belge de 258.000 euros. La seconde, consacrée toujours au secteur de l’eau, se rapporte à un appui technique au centre de formation et de perfectionnement aux métiers de l’eau, d’un coût global de 3,02 millions d’euros dont 2,8 millions représentant la contribution belge. La troisième convention porte sur la réalisation d’un projet pilote intégré de santé publique dans la wilaya de Tamanrasset s’articulant autour notamment de la lutte contre la mortalité et la morbidité et la prévention contre les infections sexuellement transmissibles et le VIH/sida et l’amélioration de la prise en charge psycho-médico-sociale des personnes vivant avec ce virus. Le budget de la première phase de ce projet est estimé à plus de 2,8 millions d’euros, dont une contribution belge qui s’élève à plus de 2,7 millions d’euros. Pour ce qui est de la dernière convention, elle se rapporte à un appui institutionnel au Conseil d’Etat, visant à renforcer et à perfectionner les connaissances des magistrats et des cadres du Conseil. La contribution belge pour ce chapitre se chiffre à environ 165.000 euros sur un coût total du projet estimé à 226.000 euros.

Ces quatre conventions ont été paraphées par l’ambassadeur de Belgique à Alger et par des responsables algériens de ces secteurs. Par ailleurs, la création d’un conseil d’hommes d’affaires algéro-belge destiné à promouvoir les relations économiques et industrielles entre les opérateurs des deux pays a fait l’objet d’un accord entre la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) et la Chambre de commerce Belgique-Luxembourg-Pays-Bas.

D’autre part, les deux pays s’engagent, à travers la signature d’un mémorandum d’entente entre l’Agence de promotion du commerce extérieur (ALGEX) et la Direction du commerce extérieur de la région de Bruxelles-Capitale (Bruxelles Export), à faciliter les contacts directs entre les opérateurs des deux pays et les échanges d’expériences dans le domaine du commerce extérieur. Le dernier contrat commercial signé porte sur la livraison à l’entreprise de transport urbain d’Alger (ETUSA) d’une centaine de bus de la société belge Van Hool, seconde phase de l’accord-cadre signé entre les deux entreprises en mai 2003 portant sur un total de 300 bus.

Par ailleurs, une cinquantaine de chefs d’entreprise évoluant dans le secteur des hydrocarbures et des services ont accompagné, hier, le Prince Philippe de Belgique dans sa visite de travail qui l’a amené à la zone industrielle d’Arzew à Oran. La délégation belge dont faisait partie le ministre de l’Economie, de l’Energie, du Commerce extérieur et de la Politique scientifique, M. Marc Verwilghen, et l’ambassadeur de Belgique à Alger est arrivée à l’aéroport d’Es-Senia aux environs de 12h30. Accompagné par le président du Sénat M. Abdelkader Bensalah, le Prince Philippe s’est rendu à Arzew où il a visité le complexe GP1-Z, le complexe GL1-Z, le quai de chargement GNL pour la Belgique et le nouveau centre enfûteur de l’entreprise Naftal. Au cours de cette visite, M. Dominique Michel, secrétaire général de la fédération multisectorielle de l’industrie technologique (AGORIA) qui est également directeur général de la Belgium Oil and Gas Group (BOGG), a mis l’accent sur les relations qu’il juge privilégiées qui existent entre l’Algérie et la Belgique tout en rappelant que son pays est actuellement le 12ème fournisseur de l’Algérie, notamment dans les domaines de l’agro-alimentaire et l’engineering. Des rapports, a-t-il ajouté, appelés à être renforcés grâce aux accords signés hier matin à Alger.

H. Barti

 

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org